Magnétiseur-Guérisseur
Get Adobe Flash player

Naturothérapie

Naturothérapie

Ses principes fondateurs figurent dans les textes du grec Hippocrate, le père de la médecine moderne. A la fin du XIXe siècle, l’Allemand Benedict Lust (1872-1945), médecin ostéopathe et chiropraticien, fonde la naturopathie.

Sa doctrine : le vitalisme, en clair le pouvoir de guérison de la nature.

Comme les médecines traditionnelles chinoise et ayurvédique, la naturopathie s’intéresse au patient dans son intégralité. Elle ne s’attache pas à faire disparaître les symptômes d’une maladie qui peuvent faire partie du processus de guérison, mais à traiter les causes et à pousser le corps à l’autoguérison.

Les maladies sont principalement déclenchées par une alimentation inadaptée, des problèmes vertébraux, un stockage de toxines dans l’organisme, un déséquilibre de l’énergie vitale ou des carences en vitamines et minéraux.

Lors du premier entretien, le naturopathe dresse un profil complet du patient après l’avoir questionné sur ses habitudes, ses antécédents, son alimentation.

Il utilise également les bilans biologiques et l’observation pour identifier la nature des troubles à traiter. A l’allopathie et la chirurgie le naturopathe préfère les alternatives naturelles : phytothérapie, nutrition, homéopathie, hydrothérapie, relaxation, massages, exercices physiques…, mais aussi des médecines alternatives comme la kinésiologie, la réflexologie, l’acupuncture…

 Indications

Aucun trouble ou maladie grave. Elle se contente de maintenir le corps en bonne santé, d’améliorer l’hygiène de vie, le bien-être physique et psychique. Aide l’organisme à lutter contre les troubles fonctionnels. Particulièrement efficace pour les affections liées au stress et au vieillissement (fatigue, anxiété, arthrose…).
- Ce qu’en dit la science
Les résultats de la naturopathie ne sont pas scientifiquement documentés. Mais de nombreuses études attestent le rôle joué par l’alimentation dans la prévention des pathologies, le bénéfice des supplémentations en vitamines et en minéraux, et les fondements médico-scientifiques de la phytothérapie et de l’aromathérapie.

Quel praticien

En France, aucune réglementation officielle ne contrôle la naturopathie. N’importe qui peut se prétendre naturopathe. La Fédération française de naturopathie (www.fenahman.org) édicte des règles et contrôle le respect du cahier des charges des écoles qui assurent la formation des naturopathes. L’Organisation de la médecine naturelle et de l’éducation sanitaire (www.omnes.fr) réunit les praticiens naturopathes de France diplômés et certifiés, et organise la formation continue, via des instituts de formation comme l’IESV ou l’Institut européen de diététique et de micronutrition.

Contre-indications

Elles sont fonction de la nature des troubles et du type de thérapie utilisé. Certaines pratiques de la naturopathie comme le jeûne sont contre-indiquées chez les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants, les diabétiques, les dépressifs… Ø Effets indésirables : ils dépendent des méthodes employées par le praticien.

Conseils

Quelles que soient sa formation et ses compétences, un naturopathe non médecin n’est pas habilité à poser un diagnostic ni à prescrire de traitements médicaux. Au mieux, ce n’est qu’un conseiller en santé, à ne consulter qu’en complément des soins fournis par des médecins. Si le naturopathe vous oriente vers un autre thérapeute, s’assurer que celui-ci possède bien les formations requises pour exercer.

Coût

Les consultations ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale. Tarif/séance constaté : de 50 à 80 euros.